LEJAPON MODERNE 10

Ce temple a trois cents ans ; il est entretenu avec un soin minutieux ; on n’a pas laissé ternir une seule de ses dorures ; il ne manque pas un pétale à ses milliers de fleurs, ni une main à ses milliers de monstres.

Et cependant, à je ne sais quoi d’un peu atténué dans son éclat, d’un peu déjeté dans ses grandes lignes, on a parfaitement conscience de sa vieillesse ; et puis, il y a ces granits et ces bronzes des soubassements sur lesquels, par un raffinement de goût, on a respecté les mousses envahissantes, les lichens lentement rongeurs : tout cela ac centue la notion que l’on perçoit, dès l’abord, de son grand âge 24. Et cette notion du reste est nécessaire à apaiser l’esprit ; car si, dans les temples de l’Egypte, on s’inquiète malgré soi des générations de tra¬vailleurs qui ont dû s’user à remuer ces granits immenses, ici on songe à tant de sculpteurs obstinés qui ont dû, pendant leur existence entière, s’épuiser à fouiller les prodigieuses murailles en dentelle ; et cela repose vraiment, de se dire qu’ils sont depuis longtemps morts, ces gens fatigués ; qu’ils sont depuis longtemps au grand calme, dans cette terre, — d’où sortent peu à peu, maintenant, ces patientes petites mousses attaquant par la base leur œuvre laborieuse, ces fines petites fougères mêlant leurs découpures à celles si pénibles du bois durci et du métal…

Voir plus: obtenir un visa pour le vietnam |baie halong 2 jours 1 nuit |  Croisière sur le Mékong | victoria express lao cai- ha noi | Circuit Cambodge 10 jours

Ce peuple qui bâtit avec du bronze, de l’ivoire et de la laque d’or, quelle impression de barbarie doit-il recevoir de nos monuments, à nous, en simple pierre ! »
Et, en vérité, cette grandeur prodigieuse semble un contraste avec cette joliesse menue, minuscule, qui est la caractéristique du Japon apparent, — un contraste qu’on admettrait difficilement…

Oui. — Mais, tout de même, ne croyez pas que le Japon moderne soit devenu petit, ni que le seul Japon ancien ait été grand. En vérité, rien n’a changé. Et il n’y a qu’un Japon, le même. Je ne fus pas long à le constater, dès que j’eus mis les pieds sur ce sol mystérieux, qui est la terre du Soleil Levant. Sans doute, la race nippone est de taille moindre que nos races occidentales ; sans doute, les maisons, là-bas, sont minuscules, — les arbres les dépassant pour les mieux ombrager. Mais tout au monde n’est pas seulement affaire de toise et de mesure. Vous souvient-il que nous avons déjà vu ce très petit pays 2S, resté strictement féodal jusqu’à son Grand Changement, se couvrir en un clin d’œil de chemins de fer, de casernes et de lycées, à l’instar des nôtres, et sa population tripler ?

Moi, je vis dès mon arrivée en rade de Nagasaki, deux ou trois cuirassés japonais qui me semblaient bien tenus, et qui manœuvraient avec précision. En Corée, d’ailleurs, avant même que j’arrivasse au Ja¬pon, j’avais vu des soldats japonais s’exercer… Car la Corée n’est plus rien aujourd’hui qu’une propriété japonaise, plus ou moins adroitement exploitée… et j’avais vu ces soldats faire preuve d’une précision un peu bien inquiétante. — Contraste d’une petitesse apparente et d’une grandeur réelle, — voilà ce que m’offrit le Japon de 1899.
Plus tard, en 1904, quand la guerre entre le Japon et la Russie éclata (je n’étais plus au Japon, mais j’étais presque en Russie : à Constanti- nople, en contact perpétuel avec l’ambassade russe, où tout le monde était de nos amis), je n’hésitai donc pas à dire aux Russes :
— Gare à vous !
— Mais c’est le petit Japon ! — me répondait-on, avec des éclats de rire, — à la russe.
— Gare à vous ! Le petit Japon compte déjà soixante millions de Japonais 26 ; c’est la population de l’empire d’Allemagne ! Les Japo¬nais sont moins riches que les Allemands, mais plus braves ; aussi re¬doutables, au demeurant. Feriez-vous fi d’une guerre contre l’Allemagne ?… Gare à vous ! Je crois que l’Europe a eu tort de laisser le commodore Parry (il est vrai que c’était un Américain, et que l’Europe n’y pouvait par conséquent pas grand’chose !) bombarder Kagoshima : il a traité un peuple fier et puissant comme il aurait traité une peuplade sauvage. Lourde erreur américaine, que la pauvre Eu¬rope paiera cher ! En ce moment (1904), je crois que la Russie commence à régler cette petite différence.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*