LEJAPON MODERNE 9

Nous allons franchir, maintenant, la muraille beaucoup plus magnifique de la troisième enceinte, tout en laque d’or celle-ci, avec sou¬bassements de bronze. Elle est divisée en une série de panneaux ajourés, où sont représentés, en sculpture profonde, toutes les bêtes de l’air et de l’eau, toutes les fleurs connues et toutes les feuilles : des méduses d’or étendent leurs tentacules parmi les algues d’or ; sur des branches de glycines d’or, ou sur des roses, des cigognes d’or couvrent leurs ailes, des phénix d’or déploient leur queue et font la roue. Une toiture de bronze soutenue par des rangées d’animaux de toutes sortes, recouvre d’un bout à l’autre cette muraille, débordant beaucoup pour abriter tout cela contre les pluies des hivers. La porte d’entrée nous arrête comme une merveille plus étonnante que toutes celle déjà vues ; ses battants énormes sont en laque finement ouvra¬gée ; ses ferrures d’or sont des pièces d’orfèvrerie découpées et gravées avec le goût le plus rare . Elle est gardée non pas comme celle des temples ordinaires, par deux colosses au ricanement horrible, mais par deux dieux, de figure et de gandeur humaines, ayant des rides de vieillard, un teint de cadavre, une expression de tranquillité rusée et pas sûre ; ils siègent, l’un à droite, l’autre à gauche, sur des trônes, dans des niches délicieusement remplies de branches de roses et de pivoines en nacre et en ivoire. La toiture de bronze qui surmonte cette porte ne saurait être ni décrite, ni dessinée, avec sa hauteur monumentale, sa complication extrême, ses courbes qui se superposent, ses fleurons d’or, ses angles retroussés d’où pendent, comme de tu-lipes renversées, de longues cloches d’or. Elle est soutenue par une armée de « chiens célestes 22 », de dragons et de chimères, qui s’avancent comme des gargouilles, s’étagent les uns par-dessus les autres en six rangées compactes ; une armée griffue, cornue, méchante ; un cauchemar d’or figé là en pleine fureur, et s’extravasant par le haut comme une masse qui va tomber, se désagréger, s’élancer ; toutes les gueules ouvertes, tous les crocs dehors, tous les ongles dégainés, toutes les têtes penchées et les gros yeux sortis des orbites pour mieux regarder qui ose venir…

Voir plus: comment obtenir un visa pour le vietnam | Nuit baie halong 2 jours | Croisière Mékong | trek 3 jours sapa | circuit 15 jours laos

Passant sous cette pyramide de bêtes, nous entrons enfin dans la troisième et dernière enceinte, au fond de laquelle le temple splendide est bâti, ce temple qui s’appelle : « le Palais de l’Éclat d’Orient ».
Ici, il n’y a plus rien, plus même de cèdres… cette cour est vide, et à l’air libre, comme pour laisser un peu de repos aux yeux et à l’esprit, avant la merveille finale qui est le sanctuaire.

Toujours personne, que mon guide et moi-même. Mais, tout à coup, nos pas, qui jusqu’à présent avaient été silencieux sur le sable et la mousse, résonnent bruyamment ; nous marchons sur une couche de galets noirs qui roulent l’un contre l’autre avec un petit fracas parti¬culier, très sonore. (Une chose d’étiquette, paraît-il, ces galets aux abords des temples ; les portes étant constamment ouvertes, les dieux et les esprits doivent être prévenus, par ce bruit de pas, que quelqu’un vient.) Personne ! Et un lieu magnifiquement sinistre : une cour déserte, dont le sol est noir, et où l’on est emprisonné entre des murailles d’or : je me prends, maintenant, à songer à cette cité apocalyptique, en or fin transparent comme verre, dont le premier fondement était de jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine 23. D’ailleurs, toutes les bêtes de l’Apocalypse, descendues du ciel, sont venues se ranger en légions sur ce temple, qui est maintenant devant nous, occupant tout le fond de cette cour. Sa façade et son portique rappellent la précédente enceinte, avec plus de richesse encore, plus de recherche surtout et de rareté exquise dans les formes ornementales ; la conception d’ensemble en est encore plus étrange et plus mystérieuse ; ses « chiens célestes » et ses dragons d’or, plus extravagants d’attitudes, semblent plus menaçants, plus furieux de nous voir…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*