LES CHINOIS PEINTS PAR EUX-MEMES 9

A tant que de divorcer, pourquoi ne pas le faire courtoisement ? Ces Vieux-Chinois avaient raison…
Tout cela pourrait sembler un peu puéril, et n’être que des formes ; mais ces formes s’appliquaient à tout et ne négligeaient pas la justice dans le sens le plus strict, le plus sévère du mot. Ainsi, il arrive sou¬vent que les grands, que les très grands, commettent des fautes ou des crimes, et il arrive parfois qu’ils ne sont pas tout à fait châtiés comme ils devraient, l’être. Le Li-Ki prévoyait la chose ; et il marquait, en pa¬reil cas, que le rang du coupable ne devait pas influer sur l’exécution du jugememnt. Et lorsque l’un des parents du prince avait commis un crime capital, ce n’était pas l’inspecteur de la ville, c’était l’inspecteur des champs, afin que le scandale fût moindre, qui était chargé de faire exécuter la peine hors des murs en pleine campagne.

Voir plus: visa vietnam en ligne | 4jours bais d’halong | Mékong tour | circuit 7 jours nord vietnam | circuit vietnam cambodge 3 semaines

La procédure terminée, le juge allait annoncer au prince la sentence, et, si le crime méritait la mort, il disait :
— Le crime de Un Tel entraîne la peine de mort.
Le prince répondait :
— Accordez-moi la grâce de Un Tel !
Car le prince n’avait pas le droit de grâce : le juge seul pouvait gra¬cier. le juge alors répétait :
— Le coupable a mérité la mort.
Le prince sollicitait une deuxième fois la grâce ; le juge répétait en¬core que le coupable avait mérité la mort. Et, le prince demandant grâce une troisième fois, le juge sortait sans répondre et ordonnait que l’on exécutât promptememnt la sentence. Le prince, alors, envoyait un officier vers le juge pour dire :
— La sentence est juste ; je demande, cependant, la grâce du cou¬pable.
Et alors le juge répondait :
— Je regrette, il est trop tard !
Qu’il est difficile de critiquer de telles mœurs ! En vérité, la seule supposition qu’elles aient existé, qu’elles aient été codifiées sont un singulier honneur pour ceux qui ont écrit de tels livres, et qui nous ont perpétué de telles traditions.
Il n’y a heureusement pas que des coupables sur la terre, il y a aussi des innocents, et c’est surtout aux innocents qu’il faut épargner de de¬venir des coupables. Les Chinois avaient, par exemple, édicté les pe¬tites règles suivantes, — règles pour les innocents :
« Les hommes ne parleront pas de ce qui concerne les femmes, les femmes ne parleront pas de ce qui concerne les hommes. Un homme et une femme ne se donneront rien de la main à la main, sauf aux cé¬rémonies funèbres. Hors ces cérémonies, si un homme veut présenter un objet à une femme, ce sera par l’intermédiaire d’une corbeille. Si on n’a pas de corbeille, ils se mettront à genoux tous les deux ; l’homme posera l’objet à terre, et la femme le prendra. Un homme et une femme ne vont ni au même puits ni aux mêmes bains. Ils ne prennent pas leur repos sur la même natte, ne se demandent ni ne s’empruntent rien l’un à l’autre et ne portent jamais les vêtements l’un de l’autre. Ce qui est dit dans les appartements des femmes ne doit pas en sortir, et ce qui est dit dehors ne doit pas y entrer ».
C’était très sévère ! mais il y a très longtemps de cela… et c’était peut-être nécessaire en ce temps-là, — à supposer que ce ne soit pas encore avantageux dans le nôtre !
Passons enfin à l’article suprême, qui est celui de la mort. La moitié de ces deux gros livres est consacrée aux cérémonies funèbres. Je n’aurai garde de vous en attrister ; mais, toutefois, pour vous montrer qu’une discipline bien réglée dans un Etat doit comprendre également les derniers instants de la vie, je vous dirai qu’en parlant du Fils du Ciel, pour dire qu’il est mort, on dit « qu’il est tombé comme la cime d’une haute montagne » qu’en parlant d’un prince, on dit simplement « qu’il s’est écroulé avec fracas » ; qu’en parlant d’un grand préfet on dit « qu’il est arrivé au terme de sa carrière » ; en parlant d’un simple officier, on dit qu’il « ne reçoit plus son traitement », et qu’en parlant d’un homme ordinaire, on dit simplement qu’il est mort.

Sehen Sie mehr: Rundreisen Vietnam mit Badeurlaub

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*